Drake O'Brien ▬ Villageois

MessageSujet: Drake O'Brien ▬ Villageois Mon 17 Dec 2018 - 0:46
avatar
Messages : 2
Nouveau venu

Nom
O’Brien
Prénom
Drake.
Âge
32 y.o
Classe
//
Groupe
Villageois.
Club
R.A.S
Métier
Policier.
Nationalité
Américo-Japonais.
Sexualité
Indécis.
Avatar
Levi Ackerman ▬ Attack on Titan
Goûts
Il aime le risque, l’alcool apportant son ivresse. C’est un grand amateur de vin, peu importe la couleur tant que la fragrance est exquise. Il lit énormément de livres, un nombre incalculable par mois, c’est sa manière à lui de se divertir. Virtuose déjà dans sa jeunesse, il joue du piano, du violon, de la guitare et de la harpe, il compose également lorsque ses pensées sont anarchiques. C’est un accro du contrôle, du pouvoir, il a toujours besoin de maîtriser tout ce qu’il fait. Il déborde d’exigence, strict au possible, devenant insupportable. Et il aime la douleur, celle qui fait mal, celle qui fait vivre. Celle qui le fait jouir en fin de compte. C’est un oiseau attiré par les flammes Drake, il déteste ces êtres qu’il combat tout autant qu’il peut être attiré par leur obscurité. Il fume énormément et il lui arrive très souvent de faire des choses peu recommandables, en secret. La science et la médecine le fascinent, il a de grandes connaissances dans tout ce qui peut être utile dans son travail toutefois ne lui demandez jamais tout ce qui se rapporte à la culture people, il n’y connaît strictement rien et il s’en fiche.
This is who I am.


My body. ...250 mots




My heart.

"Il fût un temps, où prairies, bosquet et ruisseaux
La terre et toutes les formes ordinaires,
Me semblaient parer de lumières célestes.
Telle quand la gloire et la fraîcheur d'un rêve,
Ce qui fût jadis
N'est plus à présent...
Vers où que je me tourne, de nuit comme de jour,
Les choses que j'ai vu, maintenant je ne les vois plus.  "


La froideur du monde ayant étouffé ses rêves enfantins trop tôt, les lumières qui auraient dû briller jadis dans ses yeux n’existent plus, le froid trop impétueux les ayant chassé d'un revers de la main. Désormais, il ne reste que la sculpture de glace taillée pour désarmer, dépecer et ainsi briser ces hommes ayant perdu leurs vertus au détriment de la facilité. Il est amer Drake, délaissant un goût âpre près du palais lorsqu’il s’en va, sans faire de bruit. C’est une arme, un couteau tranchant, trop affiné pour ne pas blesser les âmes fragiles. Il effraie de sa trop grande sincérité, il recherche la vérité, la seule et l’unique, l’immuable et il n’aurait aucun mal à vous la cracher au visage, le regard si arrogant qu’il en deviendra agaçant.  Il ne cherche pas à plaire quand cela n'est pas nécessaire, au contraire, il apprécie sa solitude, il apprécie de rester ainsi dans le silence absolu pour agrandir sa curiosité et sa culture. C’est un animal affable, spectre sombre ayant regardé trop longtemps les abysses, celles-ci s’étant ancrées dans ses moindres pores. Et il le sait parfaitement, il en joue, déposant son pied dans les limites, cette fameuse ligne rouge ne devant être dépassée, celle qui à elle seule vous case dans les bons et les mauvais gens. Il n'en a jamais cru, à toutes ses sottises, ou tout du moins, ne l'a-t-il pas cru jusqu'à très récemment. Jusqu'à ce que son esprit ne se fasse manichéen et que la frontière clairement visible devienne qu'une vaste brume qu'il pourrait outrepasser à chaque instant. Toutefois, il refuse de faire ce pas, celui-même qui l’emmènera du rang de l'Homme à la bête, celui qui le fera ressembler à ces êtres qu'il traque sans pitié. Oh, il ne serait pas tendre Drake, plutôt brute, agressif, dominateur. Il aime tenir entre ses doigts les espoirs, pour ensuite les piétiner avec délicatesse, pour faire durer les choses. Calme. Indéniablement calme. Son faciès ne trahi que rarement de véritables expressions, il sait se cacher de la foule, dissimuler ses pensées et ses désirs. On le croirait dénué d'une palette d'expressions, c'est tout simplement qu'il n'aime pas les exprimer, qu'il ne possède pas cette sensibilité que la plupart des personnes ont dès leur naissance.

C'est un esprit brillant, trop brillant pour son propre bien. De ce génie qui le rendrait presque incompréhensible, le rendant étrange, lunatique, excentrique. Tout ne fonctionne que par logique chez lui, les sentiments sont mis au loin, ignorés au rang de simples pantins inutiles. Il n'est pas emphatique, c'est un néant de vide, ressentant bien sûr, mais n'éprouvant presque jamais l'envie de le montrer. Il les renie, les émotions, tout ce qu'il peut ressentir, tout ce qui peut l'empêcher d'aller plus loin dans ses objectifs. Il ne craint rien, si ce n'est lui-même, sa propre bêtise, ses propres démons. C'est un homme s'étant déjà frotté au pire de l'être humain, si entaché que plus rien ne le surprend réellement. Si ce n'est... l'extravagant, le surprenant et l'imprévisible. Bien qu'il puisse donner l'air de détester l'humanité entière, il trouve les gens intéressants, lorsqu'ils sont eux-mêmes, sans masques, dans leur plus grande faiblesse et force. La gentillesse véritable l'intrigue, lui qui ne la comprend pas réellement. Mais il les trouve sublimes, ses gens aux intentions pures, ceux qui n'ont pas encore été salis par le monde. Il lui viendrait presque l'idée de les protéger. Il est tendre Drake, de cette tendresse qui rassure et rend confiant, qui donne envie de se confesser. Il le charisme qui enchaîne et intrigue, la voix hypnotisante, lorsqu'il le désire réellement. Il ne hausse jamais le ton, ses gestes toujours maîtrisés, rarement brusques, c'est un adepte de la colère noire, vicieuse, violente, explosive de l'intérieur. Il n'a pas besoin de l'exprimer par des gestes, son seul regard suffit à faire lever des flammes que l'on ne pourrait pas éteindre. Malgré tout, il aime son travail, il aime s'intéresser aux choses affreuses et aux bêtises faites par autrui. Il aime la justice, il vit pour celle-ci malgré ses gestes parfois déplacés.

Il n'a aucune limite Drake, c'est un puits sans fond, capable de tout pour obtenir ce qu'il désire, peu soucieux de sa sécurité et celle de ses proches en vérité. Non pas qu'il n'y soit pas attaché, il est capable de nouer des liens, il possède cette loyauté sans faille qui ne s’ébranle que lorsque ses liens amicaux deviennent amoureux. Car nul ne le dompte, nul ne l'obtient très longtemps. C'est un homme qui a besoin d'être diverti, impressionné en permanence. Créature trop usée pour s'attacher dans les grandes formes. Mais il aime. Il aime à en crever. Il aime à s'en noyer. Toutefois tout est si éphémère, tout s'efface avec le temps et lui, il n'est patient que dans son travail.

Son besoin de contrôle le poussant à tout détruire.

Caractère intenable proche de celui du Cerbère gardant les enfers, il n'en fait qu'à sa tête une fois une idée ancrée dans les méninges. On ne lui donne pas d'ordres, pas sans avoir obtenu son respect auparavant. C'est une créature fière, pouvant faire preuve d'autant de bonté que de noirceur, parce qu'il est exactement comme ça. Lunatique, contradictoire, imprévisible. Il sert les gens et le monde, uniquement pour s'amuser, s'intéresser, se divertir. Il sert le monde et l’intérêt des gens, uniquement pour ne pas se faire bouffer par ses propres démons, pour empêcher ses pensées chaotiques de prendre le dessus et de le torturer. Il a besoin de cette adrénaline pour vivre, il a besoin des gens, malgré le rejet quasi constant qu'il leur offre. Parce qu'il sait, être humain, être autre chose que cette machine qu'il s'aventure à montrer aux autres.

Et puis... dans l'ombre, dans un de ses plus précieux vices. Il a besoin de souffrir. Qu'on le fasse souffrir, dans une pièce, dans un lit. Il a besoin de tâter la vie qui s'échappe de lui, pour la sentir enfin couler dans ses veines. Sentir qu'elle est encore là et qu'il est capable de ressentir autre chose que ce qu'il ne ressent en permanence. Pour ne pas devenir un monstre. Pour ne pas devenir comme eux.

"Mais il est un arbre, entre tous, un seul, 
Un seul champ que j'aime contempler... 
Tous les deux, parlent de ce qui n'est plus, 
La pensée à mes pieds, la même histoire raconte 
Où s'est enfuie la lueur visionnaire ?
Où sont maintenant, la gloire et le rêve ?"



petits ++ ;;

☞ Il est petit, c'est drôle, très drôle. Mais on le commente pas devant lui, à moins de vouloir se prendre un coup de matraque entre les deux yeux.
☞ Il fume comme un pompier et ne prends pas que des choses très, très légales.
☞ Il a une mémoire eidétique, ce qui le rend encore plus insupportable aux yeux des gens.
☞ Il avait un groupe plus jeune, dont il était le chanteur. Oui c'est surprenant quand on voit la bête actuellement.
☞ Il a une très bonne culture en tout ce qui est scientifique, mais est très nul dans tout ce qui se rapporte à des liens sociaux normaux, entre autres.




My story.

Cette immense crevasse séparant les autres de toi avait toujours existé, invisible mais palpable, ton souffle se reflétant dans cette nature trop abîmée. Tu l’avais toujours vu, cet espace colossal, cette œuvre peinte avec médiocrité, poète usé par des années d’acharnement à ne rien réussir à créer. Si petit et pourtant néanmoins si peu fragile, tu avais contemplé l’attitude des jeunes de ton âge sans réellement saisir les principes de leur actions. Tu les jugeais trop impulsifs, les actes pourtant semblant parfois étrangement doux, les premières années d’innocence. Drake. Prénom prononcé par cette divine mère en te tenant dans ses bras, traits nippons hérités de ce visage albâtre, fille de la mousse des vagues et du froid. Elle avait dénigré ses origines trop hypocrites, valeurs obsolètes pour un esprit aussi brillant que le sien et elle avait préféré t’offrir un prénom le rappelant lui et ses origines, premier véritable amour de sa vie. Drake. Serpent draconique, fureur dans cette nature trop dense pour être domptée mais si fragile qu’elle pourrait être détruite. Lorsqu’elle avait vu tes yeux, elle n’avait pu s’empêcher de te donner ce prénom rempli de significations, les croyances de cette culture éloignée dictant encore une partie de sa destinée. Toutefois elle t’aimait Tatsuki. Elle t’aimait de cet amour de mère incomparable, incommensurable, presque inhumain. Elle t’aimait et tu goûtais un peu plus de cette affection à chaque instant, chaque fois que tes doigts frêles venaient à saisir les siens, intensément beaux. Puis, il y avait Elric. Elric il débordait de ce petit quelque chose qui le rendait trop lumineux, il était immense, de sa courte chevelure d’un brun mêlé à du blond. C’était ton père et il avait de cela toutes les qualités pour être un leader, un battant, homme remarquable et doux, portant pourtant un amour immense pour son métier, pour servir son pays. Il était dans l’armée Drake et tu ne le voyais jamais très souvent, pourtant, lorsque son regard venait à se poser sur le tien, lorsque sa large paume venait à se caler contre le haut de ta tête et qu’il prenait ta main, tu réalisais que les écorchures qui rendaient ses doigts secs et son caractère austère ne souillaient en rien sa douleur  éphémère, lorsqu’il vous regardait.  

L'enfance gorgée par des expériences tantôt absentes tantôt inédites, on avait saisi dès les prémices de ton enfance que tu ne serais pas tout à fait comme les autres, plutôt discret, renfermé, préférant se perdre dans les matières précises telles que la connaissance et la culture que les jouets extravagants apportant une félicité certes existante, mais si passagère, en fin de compte. Puis finalement,  tout s'était fait naturellement, tu avais appris à n'apporter de réponses que lorsqu'on te posait les questions directement, enfant solitaire appréciant sa propre compagnie. « Il y a des gens qui se suffissent, chéri. Il est ainsi. » C'était ce qu'elle avait dit à ton père une première fois, lorsque tu étais encore jeune et tu n'avais pas tout de suite compris le sens de ses mots. Et tu n'en avais rien à faire dans le fond, lorsque le soir elle te berçait des ses histoires poétiques venant directement de l'époque du Moyen-Age, elle l'avait su depuis le début que tu serais un enfant que l'on ne pourrait combler qu'avec du concret non palpable directement. Les valeurs et les vertus, s'était ce qui t'intéressait vraiment. L'excellence dans la plupart des matières, on t'avait diagnostiqué très tôt comme surdoué malgré ton immense flegme et ton côté insupportablement cynique, tu avais malgré tout l'innocence de l'enfant dans le regard. Mais tu n'étais pas, tu n'as jamais été comme les autres. On s'en est si rapidement aperçu, lorsque tu balançais des vérités accablantes envers les autres, lorsque tu prenais défense des plus faibles naturellement, avec ce regard presque inexpressif, non vivant qui faisait frissonner certains de tes camarades. On craignait de traîner avec toi tout autant que l'on admirait de loin le gamin mystérieux que tu étais.

Puis vint d'adolescence, le moment où tout s'emballe beaucoup trop facilement, moment dans lequel l'enfant passe par cette étape cruciale de doutes et de défiance à l'autorité. Pour toi il en avait toujours été un peu près ainsi, tu vivais dans ton monde, tu façonnais tes propres opinions. A cette époque-là, les hormones en ébullition, certains se sont jetés sur toi et tu as sauté ce pas, sans trop grand intérêt, celui de grandir, de constater que l'on vieillissait aussi. Et cela t’a tant plu Drake. La danse des corps, cette passion enivrante que tu pouvais ressentir lorsque d’un simple toucher on faisait se hérisser le moindre de tes poils. Tu aimais sentir ton pouls battre contre ta peaux, rythme fou, berçant de sa mélodie ta jouvence encore inachevée. Tu aimais ainsi distinguer le faciès d’autrui de perdre dans les limbes, tu ressentais finalement et c’était amplement mieux que de faire semblant. Alors, à cette période charnière tu es devenu accro à ce plaisir dangereux, collection des amours et des cœurs que tu ne cessais de repousser ensuite. Tout ce qui t’intéressait c’était de voir le monde, apprendre, affiner tes connaissances. Être le meilleur. Tout simplement. Et l’amour, ce n’était rien de plus que charnel à tes yeux, toi qui ne jurait fidélité qu’à l’amitié acquise durement pendant des années, tu ne faisais que de te noyer dans tes propres vices, en découvrant toujours plus.

Dix-sept ans sur le bout de ses doigts brûlés par les cigarettes, en ce jour-là pourtant, tu n’avais ne serait-ce que tenté de te détruire la santé avec la poudre toxique. Le costard abîmé malgré lui, après toutes les aventures vécues avec, tu étais là, devant cet arche en bois vernis, le bouquet à la main de ses roses infiniment rouges. Ces préférées. Et tandis que plein pleuraient toi tu ne pouvais qu’observer la scène, absent, les pensées déjà si chaotiques que tu ne parvenais plus depuis de nombreuses années à les calmer. Ta mère était morte. Disparue après un suicide violent qui l’avait détruit physiquement en plus du bordel psychologique déjà errant. Et encore là, après qu’elle n’ait été arrangée tu ne peinais pas à voir et deviner les plaies encore existantes sous son maquillage, contre sa peau. Elle qui avait toujours éte si blanche, une belle colombe envolée trop tôt. Le monde abîmait si aisément ceux qui étaient ainsi.

Car l’injustice dans son déséquilibre frappait mêmes les justes.
N’y laissant que des restes, irremplaçables.


Et bien que tu ne ressentes jamais réellement de peine. Tu fus triste. Immensément triste par sa perte qui te plongea elle aussi dans les abysses de ce monde trop noirci.

Les lumières absentes dans les iris aux teintes jumelles du charbon, tu avais poursuivi tes études dans le silence, reniant la médiocrité pour l’écraser de ton excellence. Ainsi tu brillais aux yeux de tes professeurs, n’ayant aucun mal à triompher de tes études, personne ne pouvant te reprocher un comportement défaillant. Tout du moins, c’était ce qu’on aurait pu croire en te voyant de loin, de simple passage, ceux de ton quartier connaissaient parfaitement ta tendance étrange à démontrer une franchise trop carnassière et une indifférence presque terrifiante. Il n’était pas rare de te voir des mèches de cheveux inconnues entre les doigts, tu te battais parfois comme tu respirais contre autrui, ceux qui dépassaient trop les limites de ta patience. Après la mort de ta mère, Elric est venu passer quelques années avec toi, s’en remettant petit à petit, prenant le temps de passer du temps avec ce fils qu’il n’avait jamais pu garder énormément avec lui. Et malgré tout, tu appréciais ses moments avec lui, partant à la chasse, apprenant à tirer ou à te défendre, l’entendant parler de ses affaires les plus dangereuses. Il savait, il voyait dans le fond de tes yeux que cela ne t’atteignais plus, tes ressources étaient amplement plus fortes que tes craintes. Tu avais une sociopathie développée mais encore si contrôlée.

« Tu sais autant que moi qu’un jour tu devras choisir, ne laisses jamais ton obscurité prendre le dessus. Choisis de chasser plutôt que d’être chassé. »

•••••
((U.C))



Credits ©️️ JIN – TG
Revenir en haut Aller en bas

Drake O'Brien ▬ Villageois

MessageSujet: Re: Drake O'Brien ▬ Villageois Mon 17 Dec 2018 - 0:49
avatar
Messages : 373
Age : 27
Emploi : Tatoueur | Pierceur | Chieur |Toutc'quifiniten "eur"
Tatoueur
AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH.
Tiens *donne un verre de rouge et un fouet* et re-bienvenue 8D


McGyver mieux qu'un couteau suisse !


anothers ways:
Revenir en haut Aller en bas

Drake O'Brien ▬ Villageois

MessageSujet: Re: Drake O'Brien ▬ Villageois Tue 18 Dec 2018 - 4:45
avatar
Messages : 201
Master Management International
Re bienvenu chou 8D


L'enfant juste, Alec, qui s'en balec, d'être juste un enfant.



Merci Kris pour le kit et le code <3

As-tu été sage ?:
Revenir en haut Aller en bas

Drake O'Brien ▬ Villageois

MessageSujet: Re: Drake O'Brien ▬ Villageois Tue 18 Dec 2018 - 8:02
avatar
Messages : 315
Emploi : Serveur au Beluga
Master Littérature
Honhonhon rebienvenue :D
En espérant que tu t'amuseras avec ce deuxième compte!




"Hans, мой Котик, Я люблю тебя !"

Click HERE for lovely moment !

L'anglais c'est en BLEU
Le russe en VERT
Revenir en haut Aller en bas

Drake O'Brien ▬ Villageois

MessageSujet: Re: Drake O'Brien ▬ Villageois Tue 18 Dec 2018 - 15:38
avatar
Messages : 23
Master Hôtellerie-Restauration
rebienvenue donc *suit les autres* o/


Merci pour le kit Kris  <3

Revenir en haut Aller en bas

Drake O'Brien ▬ Villageois

MessageSujet: Re: Drake O'Brien ▬ Villageois Tue 18 Dec 2018 - 21:05
avatar
Messages : 2
Nouveau venu
Merciii gosh gosh luvluv


Merci encore à Krisou pour l'avatar luv
Revenir en haut Aller en bas

Drake O'Brien ▬ Villageois

MessageSujet: Re: Drake O'Brien ▬ Villageois
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saint-Adams :: Le bureau des inscriptions :: Album étudiant-